[EXTRAIT EXCLUSIF] Relation Homme-cheval : être un éducateur

Relation Homme-cheval

Fort de notions concrètes de biomécanique et d’un fil conducteur pratique pour améliorer la locomotion, vous avez des clefs pour progresser dans le respect du fonctionnement physique et mental de votre cheval.
Comme un bon professeur, sachez ce que vous demandez, soyez patient et méthodique, répétez autant de fois qu’il est nécessaire à votre élève et récompensez souvent. Adaptez votre discours : à chaque âge son développement physique, sa capacité de concentration… N’oubliez jamais que mobiliser ne veut pas dire forcer.

Initier un cheval à un mouvement, c’est lui faire sentir un geste. Lorsqu’on lui demande d’utiliser ce geste lors d’un effort, c’est autre chose. Un abaissement de hanches n’est pas un piaffer, par exemple. Tenir une posture nécessite un entrainement préalable et une musculature adaptée. Votre rôle d’éducateur-cavalier consiste à prendre en compte le stade de développement physique et mental de votre cheval. Lorsque l’on sollicite un cheval, on doit toujours se poser trois questions, résumées par ces verbes :

  • POUVOIR : le cheval est-il capable de faire ce que je lui demande ?
  • SAVOIR : le cheval a-t-il appris le geste que je lui demande, comprend-il ce que j’attends de lui ?
  • VOULOIR : le cheval est-il disposé à le faire ? Est-il concentré, connecté, motivé… ?

Comme dans tout apprentissage, la constance est importante pour la progression, mais la variété permet de conserver la motivation. Alternez vos séances avec des sorties en extérieur pour améliorer le mental, le souffle, la musculature de votre cheval, ou avec des séances en liberté, sur des barres au sol, à l’obstacle… Établissez un programme de formation pour votre cheval !

Quel que soit votre objectif, le secret est de prendre le temps. Pour que le cheval puisse apprendre, mais aussi pour développer votre sens de l’observation et votre ressenti. La technique est un moyen, et non une fin. L’important est d’être à l’écoute de vos propres sensations, pour être attentif au cheval ; son état physique et émotionnel, mais aussi ses réactions, ses résistances, ses progrès, son évolution, sa motivation… La qualité de l’emploi de vos aides se construit autour de votre capacité d’adaptation à votre cheval. De là naît la communication, début d’une relation qui ne demande qu’à se développer.
Vous entrerez dans un cercle vertueux synonyme de bien-être pour votre cheval et pour vous !

Extrait inédit du livre Le cheval en mouvement, qui conclut la 3ème partie : « Vers l’apprentissage du geste ».