Relation Homme-cheval : aborder un jeune cheval

Avant de commencer le travail à pied et la manipulation du cheval, il est nécessaire et utile d’établir un premier contact avec lui. Le cheval est souvent contraint de changer d’environnement pour être débourré. Il peut donc être inquiet et peu enclin au travail et à la concentration les premiers jours. Vous serez alors la dernière chose à laquelle il va prêter attention. Il peut donc être judicieux d’acclimater l’animal à son nouvel environnement avant de commencer le travail à proprement parler. La meilleure situation est de le laisser en liberté, dans un espace sécurisé (rond de longe, petit manège), où il peut découvrir et appréhender ce nouvel endroit à sa guise. Veillez à ce qu’il puisse voir ou entendre d’autres chevaux afin qu’il ne se sente pas isolé.

Apprendre à observer

Cette première approche permet au cheval de prendre contact avec le milieu et avec vous. Cela vous donne également l’opportunité d’observer son comportement et ses réactions lorsqu’il est en liberté. Savoir observer est une qualité très importante pour un homme de cheval. Cela s’apprend, au même titre que la pratique ou la théorie. L’observation, que ce soit d’un geste technique ou d’un comportement, permet de recueillir des informations qui seront précieuses au moment de l’apprentissage.

Lorsque vous êtes en liberté avec le cheval, soyez attentif à chacun de ses comportements, que ce soit au début, lorsqu’il prend contact avec l’environnement, ou lorsque vous commencez à lui demander de faire certaines choses. Ses réactions et ses attitudes renseignent sur son état émotionnel, sa sensibilité ou encore sa concentration. Vous vous faites ainsi une idée générale du tempérament du cheval. Est-il plutôt sensible, froid, confiant, peureux, respectueux ? Soyez particulièrement attentif aux signaux qu’il émet (position des oreilles, de la tête, regard, façon de bouger ses pieds, tension musculaire…). Cet « état des lieux » n’est certes pas définitif, mais il permet de savoir comment orienter votre travail au fil des exercices. En fonction de vos observations, vous pourrez définir les orientations de travail à suivre (confiance, respect, etc.).

La première prise de contact

Le but de cette première étape est de laisser le cheval s’acclimater à son environnement. C’est aussi le moment pour vous d’établir le contact avec lui. Attendez que le cheval soit calme pour lui demander de suivre vos indications sur des changements d’allure et de direction. L’objectif n’est pas d’apprendre ces exercices au cheval mais d’orienter petit à petit son attention vers vous. Ne soyez pas trop exigeant sur la qualité de la réalisation et choisissez des exercices faciles à exécuter par votre cheval afin de le mettre en confiance.

Déplacez-vous et voyez comment vous pouvez influencer ses mouvements. Vous pouvez terminer cette prise de contact en mettant le licol au cheval pour lui demander quelques exercices basiques avant d’entrer dans la manipulation à proprement parler. Rester dans l’environnement avec lequel il vient de se familiariser (rond de longe, manège) va instaurer un climat de confiance. Vous pouvez par exemple demander au cheval de vous suivre en marchant à côté de vous, puis de revenir vers le centre et s’arrêter à hauteur de votre épaule. Lorsque vous êtes au milieu, caressez le cheval au garrot, sur l’encolure, sur le dos, puis repartez au pas en menant le cheval de l’autre côté. Vous pouvez répéter cet exercice deux à trois fois. Cela clôture la prise de contact par un retour au calme à vos côtés. Une fois cette première approche effectuée, il est possible de commencer l’éducation du cheval.

La posture donne des indications sur l’état émotionnel du cheval : queue relevée, encolure bombée, naseaux dilatés sont les signes d’une tension importante.

Si le cheval tourne ses oreilles vers vous, cela indique qu’il commence à vous prêter attention.

Extrait du livre Le jeune cheval, issu du 3ème chapitre : « L’éducation à pied avant le débourrage ».

Visionner « Le jeune cheval, le film ».