Relation Homme-Cheval : rendre le cheval attentif

Lorsque le cheval respecte bien le cadre dans cet environnement familier, le cavalier amène le cheval à se confronter à d’autres situations. Il est alors fort probable que le cavalier doive rappeler au cheval que le cadre à respecter reste le même, malgré le changement d’environnement.

Le cavalier doit récupérer l’attention de son cheval principalement dans deux cas :

• lorsqu’il est distrait par son environnement et qu’il n’écoute pas son cavalier ;
• lorsqu’il anticipe les demandes de son cavalier.

Dans le premier cas, le cavalier récupère l’attention du cheval distrait en lui demandant des exercices simples centrés sur le cavalier, qui pourra alors le récompenser. Dans le second cas, le cavalier doit davantage susciter l’intérêt en variant ses sollicitations et en surprenant le cheval.

Gagner l’attention en mobilisant le cheval

Lors des premières manipulations, le cavalier se place dans un environnement qui est familier au cheval pour limiter les sources de distraction. Le cavalier commence sa séance en demandant l’attention du cheval par un déplacement, un appel de langue ou en l’appelant. Si le cheval répond en donnant son attention, le cavalier le récompense en le caressant. Ainsi, le cheval peut faire une association positive entre sa réponse et la sollicitation du cavalier. Si le cheval ne répond pas, continuant à regarder ailleurs ou restant concentré sur son occupation actuelle (manger, dormir, se gratter…), le cavalier va rendre inconfortable l’absence de réponse en demandant au cheval de se déplacer. Pour ce faire, il prend le contrôle de ses pieds pour récupérer son attention. Lorsque le cheval est de nouveau attentif et qu’il répond rapidement aux sollicitations, le cavalier arrête ses demandes et récompense le cheval d’une caresse.

Pour mettre le cheval en mouvement lorsqu’il n’est pas attentif, le cavalier doit recourir à des exercices simples. Plusieurs exercices de la Méthode la Cense peuvent être utilisés pour prendre le contrôle des pieds du cheval et récupérer son attention, tels que : déplacer l’arrière-main à distance ou mener – arrêter – reculer ou encore envoyer sur le cercle et ramener. En répétant cet enchaînement dans un environnement familier, puis dans des environnements moins familiers, le cheval apprend progressivement à rester attentif au cavalier quel que soit le contexte.

relation homme-cheval

Garder l’attention du cheval éduqué

Le cheval qui anticipe
Lorsque le cavalier demande toujours les choses dans le même ordre et au même endroit, le cheval peut se mettre à anticiper les demandes. Comme il sait que l’on galope toujours après ce tournant en extérieur ou que l’on s’arrête systématiquement après le dernier obstacle d’un parcours, le cheval n’attend pas la demande du cavalier pour prendre le galop ou s’arrêter. Si l’anticipation est une aide fabuleuse pour enseigner un nouvel exercice, elle s’avère un sérieux handicap dans le travail des chevaux, car le cheval porte alors davantage son attention sur l’environnement que sur les demandes de son cavalier. En variant les demandes (lieu, intensité, ordre des demandes, moment des pauses), le cavalier conserve l’attention de son cheval et développe sa disponibilité.

Le cheval « blasé »
Certains chevaux ne sont pas très réactifs aux demandes. Le cavalier est obligé de répéter sa demande à plusieurs reprises pour que le cheval finisse par y répondre avec peu d’engagement. Dans ce cas, le cavalier doit se rendre plus intéressant envers le cheval en variant les exercices qu’il demande et l’engagement attendu dans la réponse : départ sur le cercle directement au galop sans passer par le trot, reculer calme, puis reculer plus actif, etc.

relation homme-cheval

Extrait du livre La Méthode la Cense, issu du principe d’éducation du cheval n°2 : « Poser et faire respecter le cadre ».

Accéder à l’E-Campus de la Méthode.