celerony-img3.jpg  Le cheval celerony-img3.jpg

L’ETHOLOGIE

Etymologie d’éthologie

La racine grecque d’éthologie est double : « ethos » les mœurs, et « logos » la connaissance. Littéralement, il s’agit de la connaissance des mœurs. Compris dans le sens ‘d’habitudes’, le terme peut comprendre toutes sociétés, humaines ou non. L’éthologie s’applique principalement aux animaux et au règne animal, en général. L’espèce humaine fait l’objet d’un champ d’étude spécifique avec l’anthropologie.

L’éthologie est une discipline scientifique à part entière, issue de la biologie, qui étudie le comportement des animaux en milieu naturel.

Histoire de l’éthologie

Ce terme est employé pour la première fois par Isidore Geoffroy St Hilaire en 1855. Cette discipline académique acquiert ses lettres de noblesse en 1973 quand Niko Tinbergen, Karl von Frisch et Konrad Lorenz obtiennent le Prix Nobel de Médecine pour des travaux sur le comportement animal, chacun dans des domaines différents.

L’éthologie connait différent mouvement au sein de sa communauté scientifique. Avant 1930, la phase de formation de la discipline est qualifiée d’éthologie naturaliste. Par la suite et jusqu’aux années 1960 la phase classique se caractérise par une opposition entre la vision objectiviste européenne et l’approche behaviouriste développée aux Etats-Unis. Enfin depuis les années 60, la discipline scientifique est entrée dans une phase de maturité, appelée éthologie moderne.

L’éthologie aujourd’hui

Les champs d’étude de cette discipline scientifique s’élargissent depuis quelques années. Des spécialités apparaissent à l’intérieur même de ce domaine. La neuro-éthologie étudie les processus sensori-moteurs et neuronaux, à l’origine des comportements.

L’éthophysiologie, ou physiologie du comportement, étudie les déterminants physiologiques (hormones, lipides, protéines, système immunitaire…) des comportements.

L’éthologie cognitive développe une approche intégrative. Elle cherche à comprendre comment un individu élabore des conduites. Il en découle des connaissances souvent nommées ‘Intelligence animale’.

La génétique comportementale prend en compte le capital inné des individus comme une piste d’explication à des comportements, souvent considérés auparavant comme exclusivement acquis.

Enfin, l’éthologie appliquée étudie les comportements en poursuivant le but d’améliorer les relations entre l’Homme et l’animal, la conservation des espèces et le bien-être des populations animales captives.