celerony-img3.jpg  Le cheval celerony-img3.jpg

Le cheval

Tout savoir sur le cheval

Le cheval est un grand mammifère de la famille des équidés. Proie herbivore, le cheval à l’inverse de la vache ne rumine pas. Son système digestif particulièrement fragile l’empêche même de vomir.

La taille des chevaux se mesure du sol au garrot, la partie du corps située à la jonction entre l’encolure et le dos. Certains poneys ne mesurent pas plus de 50 cm, tandis que d’autres races peuvent atteindre 2 m.

En fonction de sa taille mais également de son ossature et de sa musculature, le cheval pèse en moyenne 500 kilos, mais certains peuvent aller jusqu’à plus d’une tonne.

Sa crinière et sa queue se composent de poils appelés crins. La robe caractérise sa couleur. Elle se définit selon une grille de dénomination bien précise, élaborée en prenant en compte les correspondances avec l’expression du génome. Plus d’info

L’éthologie équine livre des connaissances sur la nature du cheval, ses 5 sens, son organisation sociale, son quotidien, ses modes de communication et son mode de vie à l’état domestique

Ethologie équine et équitation éthologique

L’éthologie équine s’attache à décrire et à comprendre les comportements du cheval. Les chercheurs mettent en place des protocoles d’observation pour produire des connaissances sur la nature du cheval. Il est important de distinguer la discipline scientifique de l’équitation éthologique, qui consiste à appliquer des principes d’éducation qui prennent en compte la nature du cheval. Les parcours de formation pour travailler dans l’un des deux domaines sont totalement différents.

Pour devenir éthologue, il faut suivre un cursus universitaire (plus d’infos), tandis que maitriser les techniques d’équitation éthologique est rendu possible par des formations pratiques. Ces compétences constituent un véritable atout pour de nombreux métiers du cheval : cavalier, enseignant d’équitation, groom, vétérinaire… L’approche éthologique accroit la sécurité lors de la manipulation du cheval, développe la complicité avec l’animal, augmente la performance dans le respect du cheval. Plus d’information sur les formations en équitation éthologique.

Histoire de l’éthologie équine

L’éthologie équine débute dans les années 1960-1970 avec l’étude du comportement de chevaux à l’état naturel : les Mustangs aux Etats-Unis ou les chevaux de Przewalski vivant en condition de semi-liberté dans des réserves. A partir des années 1995, la recherche commence à s’intéresser aux chevaux vivant en conditions domestiques : à l’écurie, au pré… Il s’agit alors d’étudier des animaux éduqués par l’Homme pour quelque pratique que ce soit. Deux manières émergent pour appréhender cette nouvelle problématique, que constitue l’étude du cheval, dans un cadre domestique. Soit les scientifiques procèdent comme en conditions naturelles, en se positionnant en simples observateurs. Soit, ils provoquent des situations, par le biais de protocoles de recherche qui s’apparentent à des tests, souvent hérités de la psychologie expérimentale.